A Riyad, les ambitions contrariées de « MBS »

La crise économique liée au Covid-19 oblige le prince héritier saoudien à tailler dans les dépenses publiques BEYROUTH -correspondant Ce devait être l’année de la consécration pour Mohammed Ben Salman. La présidence du G20, le groupe des vingt pays les plus riches de la planète, ayant été attribuée en 2020 à Riyad, l’ambitieux prince héritier, fils du roi Salman, avait l’occasion de briller. Le sommet des chefs d’Etat prévu en novembre devait lui permettre de retrouver sa place sur la scène internationale, après deux années d’ostracisme larvé, dû à l’affaire Khashoggi – du nom du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné...

Read More