Près de 18 élections en Afrique cette année et peu de surprises à attendre selon un rapport interne de la diplomatie européenne.

Les Présidents tchadiens, congolais, gabonais notamment devraient être réélus, selon les estimations de Bruxelles.

Mêmes constatations et prévisions à Paris  où l’on s’attend aux réélections du Président Congolais Denis SASSOU NGUESSO et du Président Gabanois Ali BONGO.

Pour les diplomates français, les oppositions dans ces deux derniers pays sont formées d’amateurs ou de « vrais-faux opposants » qui cherchent en fait à « exister » ou à négocier pour le futur.

Quant au Département d’Etat US, même s’il reste attentif comme toujours aux problèmes des droits de l’Homme, ses dirigeants ont fait des rapports à la Maison Blanche favorables aux présidents sortants Denis SASSOU NGUESSO et Ali BONGO.

Pour le Congo Brazzaville, les diplomates américains (et européens) souhaitent la stabilité d’autant que ce pays joue un rôle important dans le région. Par contre, les experts américains s’attendent à des « turbulences » au Congo-Kinshasa.

Pour le Gabon, la diplomatie américaine (appuyée par le Pentagone) souhaite la réélection d’Ali Bongo.

Lors de la Présidence tournante du Conseil de Sécurité de l’ONU, le Président du Gabon avait montré un sens politique et une grande expérience internationale.

Ses relations excellentes avec les pays du Golfe Persique ou le roi du Maroc sont aussi très appréciées.

Pour le Congo-Brazzaville et le Gabon les dirigeants européens et américains sont également conscients du soutien sans faille apporté à ces deux pays par la Russie, la Chine, l’Inde et les pays émergents. Sans compter les milieux d’affaires et les investisseurs qui n’ont aucune confiance dans les leaders de l’opposition en Afrique Centrale.